Aller directement au contenu principal

France-Uruguay

Le foot, ça fait un moment qu’ils y jouent et en entendent parler. Mais comme on n’est pas très branchés foot à la maison, ils n’avaient jamais vu un match…

– Papa, on peut regarder où va la la France ? À l’école on nous a fait crier « Aller la France » à la cantine ?
– « Aller la France », oui, pour le foot sûrement.
– Oui, mais on nous a pas dit où elle va, la France.

Du coup, ils ont insisté pour voir le match. J’en ai profité pour poser des questions :

– Tu joues, toi, au foot ?
– Oui, à l’école !
– Et tu joues à quelle position?
– Euh… debout ?

Le match commence, l’occasion de repérer les joueurs.

Papa : il joue dans quelle équipe le noir ? Et le rouge ? Et le jaune ?

Mon dieu, c’est pas un match, c’est un paquet de M&M’s. Ah, un coup franc ! Les joueurs adverses font un mur.

Oh c’est rigolo, ils sont deux par deux. On dirait qu’ils attendent la maitresse.

But ! Les enfants ne savent pas trop s’il faut être content.

– Papa, c’est les blancs ou les bleus qui vont gagner ?
– Je sais pas, c’est pour ça qu’il y a un match.
– Ah. Et ils sont où les autres pays, ils jouent pas ?
– Non, c’est 2 pays en même temps, pas plus.
– Et tout les autres, c’est ceux qui regardent autour ?

J’explique que non, que c’est le public. Ça les ennuie de plus en plus.

C’est long. C’est quand qu’ils se combattent, en fait ?

Le petit, qui est persuadé d’avoir reconnu le père d’un copain dans l’équipe de France, commence les pronostics :

Moi, je pense que c’est les bleus qui vont gagner. Ils ont plus de tatouages. Mais je suis un peu triste parce que dans les blancs (qui sont en fait les Bleus), il y a le papa d’Aloïs

Mais le grand n’est pas du même avis :

En fait c’est les bleus qui vont gagner. C’est eux qui envoient le ballon le plus haut !

Je le corrige :

– Non mais c’est dans le but qu’il faut l’envoyer.
– Dans le but de la cheminée ou celui des livres ?
– Euh, dans le but des livres [à droite].
– Ah. C’était plus facile de l’autre côté.

Finalement, au bout de 17 minutes, ils craquent.

– Bon, c’est un peu nul, je vais aller faire des Lego, moi.
– Ah attends, j’arrive.

Mais le lendemain, surprise !

– Papa tu peux chanter les enfants qui font de la batterie ?
– Hein ?
– Comme dans le foot : « allez les enfants de la batterie », tu sais !